IDEA
Indicateurs de Durabilité des Exploitations Agricoles
Espace web des professionnels
de l'enseignement agricole français
  • Logo du gouvernement
  • Logo du ministère de l'agriculture
Idea, Indicateur de Durabilité des Exploitations Agricoles

11/12/09

Notions de bases

Développement Durable

Le concept de développement durable émerge au grand jour en 1987, dans le rapport de la Commission mondiale sur l’environnement et le développement (plus connu sous le nom de rapport Brundtland). Il est alors défini comme "mode de développement qui répond aux besoins du présent sans compromettre la possibilité pour les générations à venir de satisfaire les leurs.

Deux concepts sont inhérents à cette notion :

  • le concept de "besoin", et plus particulièrement des besoins essentiels des plus démunis, à qui il convient d’accorder la plus grande priorité,
  • l’idée des limitations que l’état de nos techniques et de notre organisation sociale imposent sur la capacité de l’environnement à répondre aux besoins actuels et à venir".

Consulter le chapitre 2 du rapport Brundtland

 

Agriculture Durable

"En 1988, le groupe consultatif pour la recherche agricole internationale considère que «l’agriculture durable consiste à gérer de manière efficace les ressources utilisables pour l’agriculture dans le but de satisfaire les besoins changeants de l’être humain, tout en veillant au maintien, voire à l’amélioration de la qualité de l’environnement, ainsi qu’à la préservation des ressources naturelles».

HARWOOD définit l’agriculture durable comme «une agriculture capable d’évoluer indéfiniment vers une plus grande utilité pour l’homme, vers une meilleure efficacité de l’emploi des ressources et vers un équilibre avec le milieu qui soit bénéfique à la fois pour l’homme et pour la plupart des autres espèces » (HARWOOD, 1990 in BONNY, 1994).

C’est la définition consensuelle de FRANCIS et YOUNGBERG (1990, in BONNY, 1994), qui est aujourd’hui communément admise pour qualifier l’agriculture durable : «L’agriculture durable est une agriculture écologiquement saine, économiquement viable, socialement juste et humaine ».

Dans IDEA, nous retenons qu’une agriculture durable repose sur trois grandes fonctions essentielles : la fonction de production de biens et services, la fonction de gestionnaire de l’environnement et la fonction d’acteur du monde rural. Quant à la conception d’une exploitation durable, nous proposons celle de LANDAIS, à savoir «une exploitation viable, vivable, transmissible et reproductible » (LANDAIS, 199 8)"... 

Extrait "De l'évaluation de la durabilité des exploitations agricoles à partir de la méthode IDEA à la caractérisation de la durabilité de la ferme européenne à partir d'IDERICA" (F. Zahm, P. Girardin, C. Mouchet, P. Viaux, L. Vilain ). Article scientifique diffusé lors du colloque international sur les Indicateurs Territoriaux du Développement Durable, organisé par l'université Paul Cézanne à Aix en Provence les 1 et 2 décembre 2005.

 

Indicateur

"Un indicateur est une valeur subjective qui a une signification synthétique et reflète à un moment donné une situation donnée. Il se traduit généralement sous la forme d'un nombre. Un Indicateur, en se devant de refléter avec un maximum de vraisemblance la réalité, doit avant-tout être facile d'emploi et de calcul et être compris par l'utilisateur."

Qualités recherchées pour chaque indicateur :

  • Mise en œuvre facile
  • Immédiatement compréhensible
  • Sensible aux variations (de pratiques…)
  • Reflétant la réalité de terrain
  • Pertinent pour l’(les)utilisateur(s)
  • Adapté aux objectifs
  • Reproductible"

P. GIRARDIN (INRA, UMR Agronomie Environnement NANCY)

 

Diagnostic

Un diagnostic d’exploitation est le résultat d’une démarche d’investigation visant à identifier et à apprécier les forces et les faiblesses de celle-ci et à en rechercher les causes. Mais il n’y a pas de norme unique …, car un diagnostic est toujours relié au point de vue et au référentiel (plus ou moins étendu et adapté) de celui qui le fait.
On peut distinguer 2 types de diagnostic global d’exploitation :
- le diagnostic de fonctionnement qui vise à apprécier les forces et les faiblesses du fonctionnement de l’exploitation par rapport aux objectifs de l’agriculteur ou par rapport à ceux d’un observateur extérieur;
- le diagnostic de résultat qui vise à juger des forces et des faiblesses de l’exploitation au travers d’une batterie de résultats positionnées dans des échelles de performances ou appréciés par rapport à l’objectif d’un expert extérieur.

D’après Bonneviale et al (INRAP)

Le diagnostic repose sur le constat d’un écart ou de l’absence d’écart, entre ce qui est observé ou mesuré d’une situation et ce qui est attendue d’elle. Si un écart existe, il s’agit ensuite de tenter de formuler une  hypothèse (Gras et al 1989) sur les causes probables de cet écart et, éventuellement, d’avancer un pronostic sur l’évolution de la situation ou d’énoncer des voies d’améliorations. On peut alors déboucher sur l’élaboration d’un projet  mettre en œuvre pour atteindre un nouvel état.

D'après Josien et al (CEMAGREF)

 

  • Ministère de l'agriculture, de l'agroalimentaire et de la forêt
  •  © copyright 2006 Site web du CNERTA